MOVE TO HEAVEN

Han Geu-Ru travaille avec son père comme nettoyeur de scènes traumatiques. Chargés de vider les appartements des défunts après leur mort, ils ne se contentent pas de tout jeter mais conservent dans une grande boîte en carton les choses les plus chères aux défunts. Geu-Ru, atteint du syndrome d’Asperger, apprécie son métier. L’ordre et le sentiment d’accomplissement qu’il lui procure assurent un équilibre dans sa vie. Mais après un tragique incident, le jeune homme doit accueillir dans sa vie un oncle désordonné et mal éduqué, qui vient bousculer ses habitudes. 

La mort est souvent un sujet difficile à aborder. Soit on l’euphémise pour la rendre plus facile à accepter, soit on refuse d’en parler, pensant que cela la tiendra éloignée. Pourtant, la mort est une chose naturelle, un destin commun à tous, qui est plus proche qu’on ne le pense. Alors pourquoi en faire une chose si redoutée et négative ? Chez Move To Heaven, société de nettoyage de scènes traumatiques, on procède au dernier déménagement des défunts, qui laissent derrière eux nombre d’affaires et d’objets qui leur étaient précieux. Drama hautement émotionnel et particulièrement bien construit, Move To Heaven est une curiosité dramatesque qui vaut largement le coup d’œil. 

Lorsque son père meurt soudainement, le jeune Han Geu-Ru, vingt ans, atteint du syndrome d’Asperger, doit composer avec son nouveau tuteur, un oncle inconnu à l’allure de délinquant et dont les manières laissent à désirer. Geu-Ru, confié à Tang Joon-Sang, que l’on pouvait déjà apercevoir en jeune et timide soldat nord-coréen dans Crash Landing On You, est habitué à l’ordre. Que ce soit chez lui, où rien ne dépasse, ou dans son métier qui consiste à vider et nettoyer les appartements des défunts. Maintenant en charge de l’entreprise qu’il gérait avec son père, Geu-Ru entend bien préserver l’ordre qui régnait dans sa vie, même si pour cela il faut parvenir à trouver un nouvel équilibre avec son oncle. Heureusement, son amie d’enfance, Yoon Na-Mu, incarnée par la prometteuse Hong Seung-Hee, vue dans Navillera, est là pour réprimander l’oncle mal élevé et s’assurer qu’il n’arrive rien à Geu-Ru.

Move To Heaven est un drama qui surprend. Choisissant un angle peu commun pour conter des histoires de vies, il jongle également entre le rire et les larmes, le comique et le cruel, comme avait pu le faire Prison Playbook. Le côté décalé est apporté par le personnage de Cho Sang-Gu, l’oncle de Geu-Ru, qui dénote complètement dans la petite vie rangée du jeune homme. Si Geu-Ru a des problèmes avec les relations sociales, Sang-Gu n’est pas non plus un modèle de sociabilité. Ce sont donc deux exemples différents d’asociabilité qui se confrontent mais aussi se soutiennent et se complètent. En vérité, Sang-Gu n’a pas vraiment d’autre choix que d’accepter de vivre avec Geu-Ru. Criblé de dettes et tout juste sorti de prison, la réinsertion s’annonce plutôt mal pour cet homme dont le seul talent est la boxe. Le rôle de ce repris de justice a été confié à Lee Je-Hoon, en même temps à l’affiche de Taxi Driver. Arborant une coupe mulet, cigarette au bec, et un look de délinquant, Lee Je-Hoon incarne parfaitement ce personnage délicieusement drôle, qui malgré ses airs de malfrat se retrouve à camper dans une tente au milieu du salon de son neveu. Dépassé par le comportement inhabituel de ce-dernier, Sang-Gu ne sait comment gérer son nouveau quotidien, et finit par suivre le mouvement, guidé par Geu-Ru et surveillé de près par Na-Mu.

Si le trio principal est déjà extrêmement intéressant, le scénario n’est pas en reste. La première partie du drama est centrée sur des histoires individuelles, les parcours de vie des défunts dont l’entreprise de Geu-Ru vient trier les affaires. Le rituel de Move To Heaven est de conserver dans une grosse boîte en carton les objets les plus précieux des défunts, afin de les transmettre à leurs proches, comme un dernier message. C’est effectivement ce que le père de Geu-Ru a appris à son fils : certes les morts ne peuvent plus parler, mais cela ne signifie pas qu’ils n’ont plus rien à dire, alors il faut les écouter une dernière fois. La seconde partie de l’intrigue concerne les histoires personnelles des protagonistes, et notamment de Sang-Gu, qui, au cours des diverses interventions qu’il a effectuées avec son neveu, a gagné en maturité et a pu prendre du recul sur sa propre vie.

En plus d’un scénario délicat et intelligent, Move To Heaven propose de beaux plans, notamment les vues aériennes lorsque l’on suit la camionnette de Geu-Ru dans les rues. La photographie joue aussi un rôle important pour mettre en place une certaine atmosphère dans les logements des défunts, dont on peut encore presque sentir la présence, ou bien encore dans l’arène de combat clandestin. Adapté de l’essai Things Left Behind de Kim Sae Byeol, Move To Heaven traite avec respect et sincérité divers thèmes tels que la maladie, la mort, l’adoption, l’environnement professionnel ou encore la famille. Chaque histoire est simple et emplie de bienveillance, éveillant parfois la curiosité, parfois l’indignation, mais se gardant de juger qui que ce soit, pour offrir un tableau touchant d’une société qui a parfois besoin qu’on lui rappelle ce à quoi elle est attachée.

Move To Heaven fera verser des larmes, mais il fera également rire et sourire. Avec intelligence et délicatesse, le drama nous fait entrer brièvement dans la vie des défunts. Avec peu d’épisodes, il se contente de tirer le strict nécessaire de ces simples histoires, tout comme le font les protagonistes à l’aide de leur boîte en carton. Et pourtant, cela suffit pour offrir des instants d’intense joie et de profonde peine. Move To Heaven nous ouvre les portes du quotidien, et nous le montre tel qu’il est, dans ses bons comme ses mauvais côtés.

Casting : Lee Je-Hoon, Tang Joon-Sang, Hong Seung-Hee

Réalisation : Kim Sung-Ho

Scénario Yoon Ji-Ryeon

Diffusion : Netflix 2021

Pays : Corée du Sud

Liens :

Bande-annonce :

3 réflexions sur “MOVE TO HEAVEN

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s